C’est la méthode la plus simple, qui permet par exemple à chaque membre du couple d’être propriétaire à la hauteur de sa contribution financière, sans que sa quote-part ne désigne une partie physique spécifique du bien immobilier.

Si vous décidez d’emprunter à plusieurs pour acheter en indivision, vous disposerez alors de plusieurs stratégies de financement :

  • Chaque indivisaire peut emprunter seul une partie du budget nécessaire
  • Un ou plusieurs indivisaires fournissent un apport personnel tandis que les autres empruntent ensemble le reste de l’argent.
  • Tous les indivisaires contractent ensemble un prêt immobilier

Les deux dernières solutions débouchent sur un prêt en indivision. Les co-indivisaires disposent des mêmes conditions d’emprunt qu’une personne seule ou une SCI. Cependant, les co-emprunteurs se partagent les mensualités et sont solidaires du remboursement du prêt.

Afin d’éviter les conflits, vous pouvez ouvrir un compte en indivision et indiquer le nombre de parts de chacun dans l’acte d’acquisition. Si votre indivision devait prendre fin, il vous suffirait alors de vendre le logement pour solder le prêt ou alors que l’un des propriétaires rachète l’ensemble des parts, et fasse transférer le prêt à son nom.

En cas de décès de l’une des parties au contrat, les héritiers deviennent propriétaires de sa part. L’indivision se poursuit donc avec les héritiers. Il est toutefois possible d’établir des clauses protégeant le survivant, en lui donnant par exemple une option de rachat prioritaire de la quote-part du défunt. Un problème n’est cependant pas à sous-estimer, dans une indivision les décisions doivent être prises à la majorité et cela peut parfois entraîner une situation de blocage.