Vous n’apprendrez rien, en lisant que les banques prêtent plus aisément aux salariés titulaires d’un CDI qu’aux auto-entrepreneurs. En revanche, vous serez sûrement surpris en découvrant qu’il est totalement possible de décrocher un crédit immobilier même avec ce statut de micro-entrepreneur.

Auto-entrepreneur : définition

Depuis le 1er janvier 2016, on parle de micro-entrepreneur. Ce statut s’applique aux entrepreneurs individuels, pour qui le chiffre d’affaires ne dépasse pas un certain seuil et qui choisissent l’application d’un régime social simplifié dit “micro social”. Ce dernier leur offre la possibilité de payer des charges au fur et à mesure de leurs rentrées de chiffre d’affaires.

À la différence d’un travailleur indépendant, l’auto-entrepreneur peut effectuer une activité indépendante et la cumuler avec un autre statut, comme celui de salarié, étudiant, demandeur d’emploi ou encore retraité.

Mais pour que ce régime puisse s’appliquer, il convient de ne pas dépasser un certain montant de chiffre d’affaires :

  • 170 000€ pour les activités commerciales d’achat/vente, de restauration ou encore de fourniture d’hébergement (hôtels, chambres d’hôtes, gîtes ruraux, meublés de tourisme)
  • 70 000€ pour les prestations de services et les professions libérales relevant des bénéfices non commerciaux ou des bénéfices industriels et commerciaux.

Si vous entrez, dans ce barème, alors vous avez bel et bien le statut d’auto-entrepreneur. Dès lors, il advient de respecter quelques règles afin de pouvoir valoriser votre dossier auprès des organismes de crédit.

Auto-entrepreneur : quels documents fournir ?

L’étude de votre dossier ne sera pas la même que celle d’un travailleur salarié.

Dans un premier temps, vous devrez fournir les trois derniers bilans de votre entreprise. Cela permettra à la banque de déterminer l’évolution de votre compagnie et d’ainsi juger de sa viabilité.  La stabilité de votre société est essentielle puisqu’elle assure à la banque une régularité de vos salaires et rassure donc quant à votre capacité à rembourser votre prêt immobilier.

Afin de répondre à ce souci de stabilité, il sera compliqué d’obtenir un crédit immobilier si votre micro-entreprise a moins de 3 ans d’existence. D’ailleurs, pour estimer votre salaire net, la banque prend en compte la moyenne du salaire que vous vous êtes versé au cours des 3 dernières années.

Vous devrez également soumettre, votre avis d’imposition ainsi que vos trois derniers relevés de compte bancaire. Ces derniers rassureront votre banque sur  votre capacité à épargner.

De plus, certaines professions seront bien plus avantagées que d’autres, c’est le cas des professions libérales dans la santé qui rassurent généralement les organismes financiers.

Évidemment, la présence d’un co-emprunteur en CDI attaché à votre dossier sera un avantage non négligeable dans votre quête des meilleures conditions de financement.

Valorisez votre dossier à l’aide d’un courtier

Un courtier en prêt immobilier se chargera de présenter votre dossier auprès des banques. A contrario de vous, il sera en mesure de mettre en avant vos forces et de rassurer les organismes financiers contre les éventuelles faiblesses de votre profil emprunteur.

En tant qu’intermédiaire, nous vous ferons économiser du temps, de l’argent et de nombreuses crises de nerfs. Traitants, quotidiennement avec des dizaines de banques différentes, nous saurons cibler celle qui correspond le mieux à vos besoins.

Votre statut de micro-entrepreneur peut également être un réel avantage pour les banques. Elles verront en vous la possibilité de récupérer les comptes de votre activité professionnelle.

En somme il existe bien des manières de mettre en avant votre dossier. Pour en savoir plus, commencez par simuler votre crédit dès aujourd’hui avant que l’un de nos experts vous rappel et vous expose, les différentes possibilités qui s’offrent à vous.