La chute est vertigineuse, depuis la fin de l’été 2017,  les taux ont diminué d’environ 1 point de base chaque mois. La raison est simple : les conditions de financement et de refinancement de la production continuent de s’améliorer et les établissements de crédit se concurrencent en faisant baisser les taux.

Une demande qui peine à repartir

 Alors que les taux sont  historiquement bas, peu de personnes sautent sur l’opportunité ! Voilà pourquoi,  les établissements de crédits améliorent sans cesse les conditions de prêts qu’ils proposent aux ménages modestes.  

Depuis juillet 2017, les taux ont diminué de 10 points de base sur l’ensemble du marché, de 11 points de base sur le marché de l’ancien pour arriver à 1,44 % au mois de juillet et de 12 points de base sur celui du neuf pour arriver à 1,47 % en juillet 2018.

On constate également que plus les durées de prêts augmentent, plus la baisse des taux est conséquente. 

[table id=3 /]
Source : Observatoire Crédit Logement.

La durée des prêts augmente

Similaires à ceux de Juin 2018, les durées des prêts bancaires ont augmenté de 17 mois depuis début 2014, 5 mois en 2017 et de 4 mois depuis 2018. Pour les prêts à l’accession immobilière, 38,2 % d’entre sont d’une durée de plus de 25 ans. Par ce biais, les établissements de crédits cherchent à accompagner les ménages modestes vers l’acquisition immobilière.

Ainsi, même si la demande peine à repartir, l’amélioration des conditions d’accès au prêt immobilier à permis d’augmenter la production de crédit de + 10,5 % entre mai 2018 et Juin 2018. Le nombre de prêts bancaires accordés a quant à lui augmenté de + 4,6 %.

Le salaire des ménages peine à suivre le rythme

Malheureusement, le coût des opérations effectuées par les ménages continue à augmenter (+ 3,3 % sur les septs premiers mois de 2018),  toutefois moins rapidement qu’auparavant. Portant le coût relatif à 4,1 années de revenus en juillet 2018.

Concrètement, cela signifie que les revenus des ménages se lançant dans l’acquisition immobilière progresse moins rapidement que le coût des opérations réalisées. Quant au niveau de l’apport personnel, il recule de – 4,1 % sur les septs premiers mois de 2018.

Souhaitez-vous profiter de ces taux historiquement bas pour simuler votre crédit ?  Oui, je fonce !