Assurance de prêt immobilier : définition 

 

Bien que l’assurance de prêt immobilier ne soit pas une obligation légale, aucune banque n’acceptera de vous prêter de l’argent, sans cette fameuse garantie. La raison est simple, cette dernière assure le remboursement du capital restant dû en cas de défaillance de votre part.

Lors d’un emprunt à long terme, les risques de défaut de paiement sont nombreux. Entre la perte d’emploi, les risques de maladie ou de décès, aucun aléa ne peut être écarté. Cependant, selon votre profil, vous n’êtes pas exposé de la même façon à tous les risques. 

C’est pourquoi vous devez comparer les assurances afin de trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins. Mais Attention ! Ne vous jetez pas sur la proposition de la banque dans laquelle vous souscrivez votre crédit. Dans la plupart des cas, cette dernière se contentera de vous proposer une offre générique, peu adaptée à vos besoins et excessivement coûteuse.  Depuis la loi Lagarde de 2010, de nombreuses dispositions légales favorisent la délégation d’assurance. 

Les risques couverts par l’assurance de prêt immobilier 

 

“Un crédit vous engage et doit être remboursé» vous avez sûrement déjà vu cet alinéa au détour d’une affiche publicitaire ou lors de la contraction d’un crédit. En réalité, il se peut que dans certaines situations, vous soyez dans l’incapacité de rembourser votre emprunt immobilier. Et c’est justement pour cette raison que les assurances de crédit immobilier ont été créées. Ces dernières couvrent : 

  • La banque contre d’éventuels défauts de paiement 
  • Les emprunteurs  contre des risques d’accident entraînant une incapacité de travail, un décès ou encore contre les risques de chômage. 

Dans le cas, où vous êtes dans l’une de ces situations, la compagnie d’assurance se charge alors de prendre le relais dans le remboursement de votre crédit. Cependant, la couverture se limite à la quotité assurée. Cette dernière correspond à la part du prêt sur laquelle elle s’engage à vous couvrir. En fonction de votre profil, la banque peut exiger une quotité, sinon ce sera à vous d’en fixer le montant. 

La garantie décès 

 

Elle est obligatoire ! Tout contrat d’assurance de crédit immobilier dispose obligatoirement  d’une garantie décès. Ainsi, si vous décédez avant d’avoir remboursé l’intégralité de votre emprunt, l’assureur rembourse la banque du capital restant dû. Toutefois, notez que  le remboursement couvre seulement la quotité assurée, et que le motif du décès peut avoir une influence sur la couverture. 

La garantie perte totale d’autonomie (PTIA)

 

Si la perte d’autonomie est de 100%, l’assureur rembourse alors le capital restant dû dans la limite de la quotité assurée. Cependant, vous devez être âgé de moins de 65 ans. 

La garantie d’invalidité permanente et totale 

 

Cette garantie vous protège dans le cas ou vous seriez dans l’incapacité d’exercer une activité rémunérée due à une invalidité physique ou  morale. Une invalidité variant entre 66 % et 99,9 %, entraîne automatiquement une prise en charge de l’assureur à condition que l’emprunteur soit âgé de moins de 65 ans. 

La garantie invalidité permanente et partielle (IPP)

 

Cela entre en vigueur si vous n’êtes plus en mesure d’exercer l’activité professionnelle indiquée dans votre contrat d’assurance emprunteur, mais que vous pouvez la poursuivre sur un poste adapté.  Dans ce cas, l’assurance rembourse une part des mensualités évaluée sur la base de votre taux d’invalidité ( compris entre 33 % et 66 %) et de la quotité assurée. 

La garantie perte d’emploi  (optionnelle) 

 

En souscrivant à cette garantie, vous êtes protégé en cas de rupture de CDI. Attention, cette assurance ne s’étend pas à la rupture de CDD, au risque de chômage partiel, à une préretraite, ou encore à une démission de votre part. Quant à la rupture conventionnelle, chaque assureur la traite de manière différente.