Comment négocier le prix d'un bien immobilier ?

Le premier sprint grandeur nature.

L’avantage de la négociation, c’est qu’une fois qu’elle est terminée, on peut officiellement reconnaître que la première grande étape de notre marathon est terminée. Son inconvénient : il n’y a pas de règles ! Si les informations sur le marché sont utiles et nourrissent notre esprit cartésien, il faut aussi savoir compter sur son habileté et son intuition. Aussi grande que soudaine peut être la déception si une offre est refusée ! Ici aussi, votre courtier peut vous conseiller à déjouer les pièges.

Il est d’usage désormais pour les vendeurs de mettre un bien à un prix un peu trop élevé, car ils savent que l’acheteur cherchera, ne serait-ce que par principe, de négocier le prix.

Dans cette étape, il n’y a pas que la valeur immobilière du bien à prendre en compte, mais également la valeur des équipements qui sont vendus avec : demander au vendeur de séparer la vente des équipements du bien ne changera rien pour lui, mais vous fera faire des économies substantielles de frais de notaire. Le calcul est simple : les frais de notaire s’appliquent sur le prix du bien uniquement et non sur le prix du mobilier. C’est le moment d’y penser !

Le conseil d’HelloPrêt

Allez à l'essentiel et montrez-vous connaisseur quant au prix des travaux s’ils sont nécessaires. Enfin, ne négligez pas les petites victoires ! On se sent bien plus heureux d’un achat si on a réussi à obtenir du mobilier, des équipements ou de l’électroménager gratuitement. Un confort non négligeable lors d’un emménagement, un moment qui est déjà très stressant !