prêt in fine
Vous cherchez le crédit le plus adapté à vos besoins ? Considérez un instant le prêt immobilier in fine, il présente en effet de nombreux avantages en matière de fiscalité. Cet article devrait vous aider à y voir un peu plus clair.

Pas la peine d’avoir fait un bac option latin pour comprendre le prêt immobilier in fine . Il s’agit avant tout d’une forme de crédit à ne pas confondre avec le prêt amortissable classique. Dans ce dernier, le client rembourse chaque mois une partie du capital emprunté ainsi que les intérêts et autres assurances.

💡 Exemple de crédit amortissable : Monsieur X emprunte 150.000 euros sur 15 ans à 1,5%. Il doit alors à son organisme bancaire 931 euros / mois. Sur la totalité du crédit, les intérêts lui coûtent 18.000 euros. 

Le crédit in fine est différent : l’emprunteur paie chaque mois uniquement les intérêts et assurances , et rembourse le capital en une seule fois lors de la dernière mensualité du prêt. D’où le terme in fine qui signifie en latin “à la fin”.

💡Exemple de crédit in fine : Monsieur X emprunte 150.000 euros sur 15 ans à 1,5 %. Il doit à son organisme bancaire 190 euros / mois. Sur la totalité du crédit, les intérêts lui coûtent 34.000 euros. 

C’est alors que vous vient une question : Quel intérêt pour moi, simple citoyen assujetti à l’impôt sur la fortune immobilière ou non de souscrire à un tel crédit immobilier ? Saisissez vous d’une tasse thé et d’un peu de patience, HelloPrêt répond à l’ensemble de vos questions au fil de cet article.

Les avantages du prêt in fine

Le prêt immobilier in fine représente avant tout un avantage fiscal.  Grâce aux réductions d’impôts, finis les week-end au Touquet, direction Saint-Barthe pour toute la famille.🏖

En effet, les intérêts sont déductibles des revenus fonciers perçus. Ce qui allège vos impôts, vos mensualités et vous libère donc de la trésorerie. Un avantage non négligeable, notamment si vous souhaitez réaliser un investissement locatif.  Vous pouvez alors rembourser les intérêts avec le loyer du bien mis en location.

Les bénéficiaires de l’impôt sur la fortune immobilière sont également avantagés par ce système. Contrairement au prêt amortissable où l’administration fiscale considère que le patrimoine de l’investisseur s’agrandit au fur et à mesure du capital remboursé, le prêt in fine n’est remboursé qu’à l’échéance du contrat. Le patrimoine imposable du ménage n’augmente donc qu’à la toute fin du remboursement. Et il est donc possible d’échapper à l’impôt durant de longues années en toute légalité. Habile ! 

Durée et montant du crédit

Le plus souvent, le crédit in fine s’étend de 3 à 15 ans. Ce délai modifie la date de l’échéance final de remboursement du capital mais également le montant des intérêts. Plus le prêt est long, plus l’investisseur peut les étaler dans le temps et donc moins impacter sa trésorerie.

Les taux eux, varient en fonction de la somme empruntée et de la durée du prêt. Au mois de juin 2019, les taux appliqués hors assurance allaient de 1,15 % à 2,45 % . Le minimum pour emprunter est quant à lui fixé à 21 500 euros.

Rembourser son crédit in fine avant l’échéance

Rembourser son crédit avant l’échéance n’est pas vraiment bénéfique dans le cadre d’un prêt in fine. Il est en effet possible pour l’investisseur d’écoper de pénalités . Pour éviter ça, il est primordial que l’emprunteur prenne connaissance des clauses de remboursement avant l’échéance.

Les pénalités de remboursement anticipé, réglementées et inscrites dans le contrat s’élèvent à environ 3 % du capital restant à rembourser. Par exemple, un prêt de 150.000 euros souscrit sur 15 ans à 1,5 % donnera lieu à 690 euros de pénalités en cas de remboursement anticipé au bout de 5 ans. 

À qui s’adresse le prêt immobilier in fine ?

Parce qu’il est en moyenne plus coûteux en terme de coût global qu’un prêt classique, contracter un crédit in fine comporte des risques. Aussi bien pour l’emprunteur que l’organisme prêteur. C’est pour cette raison que les banques exigent des garanties quant à l’obtention de ce type de prêt, notamment un apport minimum allant de 10 à 50 % de la somme empruntée. 

Ce dernier est généralement accordé aux personnes lourdement imposées , notamment aux bénéficiaires de l’impôt sur la fortune immobilière.

Plus spécifiquement, le crédit in fine s’adresse à des individus disposant d’une épargne sur un produit financier sans risque comme des fonds en euro ou des obligations. Ces personnes doivent également maîtriser le risque locatif.

Un défaut de paiement de la part du locataire et c’est la multiplication des ennuies pour le propriétaire et l’apparition des premiers cheveux blancs. Il est donc primordial que l’emprunteur connaisse les risques liés à ce type de crédit avant de le contracter.

Simuler un prêt pour son projet immobilier

Le prêt immobilier in fine comporte de nombreux avantages mais ne convient pas à toutes les bourses. Pour s’en assurer, rien de mieux que d’effectuer une simulation de crédit immobilier. Filez sur  le simulateur de crédit Helloprêt. Gratuit, rapide, intelligent et sans engagement, il devrait vous aiguiller vers le crédit adapté à vos besoins. 

En résumé, le prêt infine est plus risqué pour la banque donc plus cher sur le taux et plus cher sur le coût global. Il permet en revanche de se libérer de l’épargne tous les mois et de payer dans certains cas moins d’impôts…

Simplifiez votre aventure immobilière

Nous vous accompagnons gratuitement tout au long de votre projet.