La start-up EP mène Nantes vers les sommets de la proptech

Le journal Presse Océan nous offre une immersion dans le Nouveau Monde de la proptech. Avec en tête d’article la start-up EP, fondée en 2007 par Pierre Leroy et Yann Person. Leur souhait : révolutionner l’habitat en analysant les données pour les rendre accessibles à tous les acteurs du monde de l’immobilier. À leur actif, ils peuvent déjà afficher fièrement Izigloo, une plateforme permettant de mieux connaître son logement, ses performances énergétiques, d’améliorer son habitat, de réaliser des travaux ou encore de réduire sa facture énergétique.

Fer de lance de la proptech, en Loire-Atlantique, les 2 fondateurs d’EP ont également créé Unik, immeuble construit à leur initiative sur l’île de Nantes. Ce bâtiment rassemble aujourd’hui plus de 280 startuppers et startuppeuses dont Bloc in Bloc. Cette start-up vise à développer une application permettant de superposer via une tablette et des lunettes de réalité augmentée, la maquette numérique d’un bâtiment et l’ouvrage physique en lui-même. Une idée ingénieuse et ce n’est pas la seule qui ressort de cet article à lire de toute urgence.

Cautioneo révolutionne la location

Soutenus par les fonds Founders Future de Marc Ménasé et Kima Ventures de Xavier Niel à hauteur de 350 000 euros en pre-Seed, Cautioneo est un intermédiaire en assurance qui vise à prendre en charge les risques associés à la location, en améliorant l’attractivité des dossiers de candidature de ses clients et en leur permettant de ne pas avoir à avancer de dépôt de garantie. La start-up ouvre ses services au plus grand nombre, et même aux personnes en période d’essai.

Leur secret : un algorithme combinant des solutions assurantielles , bancaires et des innovations propres (typologies de revenus, pondération de l’épargne, cash deposit) qui leur permet de déterminer le montant du loyer pour lequel ils peuvent se porter garants. Une solution intéressante  du point de vue des locataires qui bénéficient d’un boostage de leur dossier et d’une protection de 3 mois de loyers avancés en cas d’impayés. Mais c’est également une chance pour les propriétaires de garantir un loyer tous les mois sans avoir à se soucier des impayés.

Outre Atlantique : la proptech grandit à toute vitesse

Entre 2016 et 2017, les investissements  ont triplé dans Le monde de la proptech, et si les données actuelles sont exactes, une autre année record nous attend. Selon un récent sondage réalisé par MetaProp, une société d’investissement à capital axé sur l’immobilier à New York, 96 % des investisseurs potentiels prévoient d’investir le même montant en 2018, voire plus, que ce qu’ils ont investi l’an passé.

Alors, préparez-vous, à voir apparaître des maisons dont les lumières s’allumeront d’elles-mêmes, dont la musique se réglera d’emblée à la bonne intensité, la température également et qui pourra même nourrir votre chien sans l’action d’aucun propriétaire. Demain, les outils permettant de gérer ces taches ne seront plus des gadgets, mais des avances technologiques significatives directement intégrer dans vos murs et votre environnement dès la construction.

Constance Freedman, fondatrice du fonds de capital-risque Moderne Ventures explique : « Je pense que beaucoup de gens ont finalement compris qu’il s’agissait d’un marché gigantesque avec de nombreuses opportunités. C’est en grande partie une industrie désuète et il y a donc beaucoup de possibilités pour l’aider à évoluer.

San Fransisco : Opendoor vise les sommets

Créée il y a 4 années, la start-up Opendoor basée à San Francisco souhaitait permettre l’achat et la vente de biens immobiliers résidentiels en quelques étapes clés. Et 4 ans plus tard, il semble que son idée continue à séduire les investisseurs puisqu’elle vient de clôturer un financement de 325 M$, portant ainsi son financement total à plus de 645 M$ et son évaluation à plus de 2 milliards de dollars.

Leur but : permettre la vente d’une maison en un temps extrêmement réduit. Comment ? En se portant directement acquéreur des biens en vente pour les revendre par la suite.

La blockchain au Royaume-Uni

Le PDG de Corda Con R3, David Rutter, a annoncé que le registre foncier de Sa Majesté (HMLR)* avait choisi Corda pour le développement de sa blockchain. Le projet vise à explorer comment rendre le processus d’achat de maison au Royaume-Uni plus rapide, plus simple et plus transparent.

HMLR traite 1,8 million d’enregistrement par mois. La compagnie a pour ambition de “devenir le leader mondial du cadastre en matière de rapidité et de simplicité”. En mai 2018, HMLR avait exposé ses objectifs. Tout d’abord, ils souhaitent prouver qu’ils sont capables d’améliorer la transparence du processus d’achat et de vente de biens immobiliers. Pour ensuite, permettre aux utilisateurs de signer un accord et de fournir le transfert sous forme numérique en un clin d’œil.

*Le registre foncier de Sa Majesté est un département non ministériel du gouvernement du Royaume-Uni, créé en 1862 pour enregistrer la propriété des terres et des biens en Angleterre et au Pays de Galles. Il rend compte au Département des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle.