La Proptech révolutionnera le monde de l’immobilier

Alors que certains voient ça comme un simple changement, d’autres voient l’arrivée de la Proptech comme une révolution ! Pas étonnant alors, que 96 % des investisseurs du domaine prévoient de réinvestir la même somme d’argent cette année, que celle investie l’année dernière. Évidemment, du côté des professionnels de l’immobilier, on attend également l’arrivée de ces nouvelles technologies avec envie. Elles permettront à coup sûr d’apporter une valeur ajoutée à leur travail, à l’image des visites en réalité augmentée mises en place par la startup perspective[s], en passant par une meilleure analyse des datas promise par EP, ou encore grâce à la dématérialisation des signatures. Bien sûr, la Proptech ne se limite pas à ces quelques exemples, et l’alliance entre les différentes technologies devrait bientôt permettre aux clients de visiter leur bien avant qu’il ne sorte du sol, de l’aménager grâce à la réalité augmentée et de décrocher leur crédit depuis leur canapé avec l’aide d’un courtier digital. À ce moment, de nombreuses voix s’élèveront certainement pour s’offusquer de vivre dans un monde ou les relations sont déshumanisées. À cela, nous répondrons que toutes ces technologies permettent justement aux professionnels de se focaliser sur les demandes spécifiques des clients et permettront à terme aux individus de se libérer plus de temps pour leurs loisirs !

New York, épicentre de la Proptech : un exemple à suivre

Saviez-vous qu’en 2017, la valeur totale de l’immobilier à New York était estimée à plus de $657 milliards, juste derrière Tokyo. L’écosystème new-yorkais est si dense qu’il fait de cette ville, la meilleure place pour lancer un business dans le monde de la Proptech.  Certainement l’une des raisons pour lesquelles des entreprises telles que WeWork (leader du coworking), Compass (plateforme de vente de biens en ligne), Streeteasy ou encore Cadre disposent de leur siège au cœur de la ville. Ingénieurs, développeurs et architectes se mélangent dans les entrailles de la Grosse Pomme pour faire émerger des projets qui n’ont de limite que la folie de leur créativité. Ainsi, tout devient possible et de belles idées naissent chaque jour. Le côté positif, c’est que de nombreux talents sont également présents en France, que la Proptech est en plein boom et qu’il n’est pas impossible dans un futur proche de créer des ponts entre les différents cœurs de métier, afin de développer des projets dont les seules limites seront celles que nous aurons fixées.

La blockchain entre dans l’arène

Encore un bel article de l’un des parrains de la Proptech. James Dearsley évoque l’immense impact que la blockchain aura sur le monde de l’immobilier. Et comment lui donner tort ! On sait qu’à travers le Monde, de nombreuses startups travaillent sur la question, afin que dès demain nous puissions réaliser des transactions sécurisées à la vitesse de l’éclair, de la recherche du bien à la signature chez le notaire. À Londres, certains ont déjà commencé avec succès à vendre leur bien immobilier grâce au bitcoin. Mais l’utilisation de la blockchain ne s’arrête pas cette monnaie. Elle va bien plus loin, grâce aux smart-contract qui permettent de réaliser les deals plus rapidement, plus simplement et de manière plus sécurisée. Une révolution qui déchaîne les passions et que le registre foncier de Sa Majesté (HM Land Registry) compte bien utiliser afin de devenir le leader mondial du cadastre pour la rapidité et la facilité d’utilisation de ses services.

$2,7 milliards d’investissements dans la proptech rien qu’en septembre

C’est le plus haut niveau d’investissement depuis le début d’année dans le secteur. À noter que $400 millions sont partis dans les poches d’Opendoor et de Compass. La première des deux offre un service qui permet de vendre son bien à la vitesse de l’éclair, à l’instar d’Homeloop sur le marché français, quant à Compass c’est une plateforme en ligne qui offre la possibilité de mettre son bien en vente ou encore de découvrir de multiples annonces. En Chine, le courtier immobilier, Lianja a levé $1,5 milliards. Leur solution offrir un service tout-en-un, en incluant le financement, la décoration intérieure et la gestion immobilière. Des investissements époustouflants, surtout si on revient 5 ans auparavant, ou moins de $ 500 millions avaient été investi dans les startups de l’univers de la Proptech.

SeLoger lance son moteur d’évaluation

La France aussi a des idées, à commencer par SeLoger. Le site leader de l’immobilier sur internet, dévoilera la semaine prochaine un formulaire permettant d’évaluer son bien en un clin d’œil. Avec 50 millions de visites par mois, cet outil servira pour les millions de transactions effectuées en France chaque année. Pour avoir une estimation, il suffira d’indiquer le nombre de chambres, la superficie, mais également le standing, le vis-à-vis ou “vue d’exception”. Au total une vingtaine d’éléments seront à renseigner dans le formulaire en ligne afin de disposer gratuitement du prix de vente de sa maison. Après avoir recruté, une vingtaine d’ingénieurs data et 10 mois de travail plus tard, ce projet devrait accoucher du meilleur outil d’évaluation qui puisse exister selon les dires d’Olivier Le Gallo, le directeur marketing.