Quel est le coût de l’assurance de prêt immobilier ?

Exigée par la plupart des établissements bancaires, l’assurance de prêt est un élément important à étudier lorsque vous faites votre demande de financement. En effet, son coût vient s’ajouter à celui des mensualités de votre crédit. Il doit donc être prévu et faire partie intégrante de vos calculs afin de ne pas impacter trop fortement votre capacité à rembourser votre prêt. Alors quel est le coût de l’assurance de prêt immobilier, comment est-elle calculée et comment l’optimiser ? Helloprêt vous dit tout !

Quels sont les facteurs pris en compte dans le calcul du coût de votre assurance de prêt immobilier ?

Le montant de votre assurance de prêt immobilier dépend du niveau de risque que vous présentez. Ainsi, plus votre profil est risqué, plus le montant de la prime sera élevé. Mais comment déterminer votre profil de risque ?

Les principaux éléments pris en compte sont les suivants :

  • l’âge : plus vous êtes âgé, plus vous êtes à même d’être malade ou de décéder, ce qui obligerait l’assureur à prendre le relais pour le remboursement de votre crédit si vous avez souscrit aux assurances décès et arrêt de travail. Plutôt que d’appliquer une surprime qui pourrait paraître discriminatoire, les assureurs ont tendance à proposer une réduction de la mensualité de base pour les plus jeunes ;
  • le type, le montant et la durée du prêt immobilier : plus votre prêt est long, plus l’engagement de la compagnie d’assurance l’est aussi. De même, la variabilité du taux influence le montant de la prime, et bien sûr, plus le capital emprunté est important, plus le prix de l’assurance augmente ;
  • le niveau de risque de l’assuré : les comportements à risque, les professions dangereuses, l’état de santé, etc. font varier le coût de votre assurance ;
  • les garanties souscrites : décès, perte d’emploi, perte d’autonomie, etc.

Une fois que l’assureur a évalué ces critères, il peut appliquer deux modes de calcul.

Comment est calculé le prix de l’assurance de prêt immobilier ?

Le coût de l’assurance de crédit immobilier peut être calculé de deux façons différentes, laissées à l’appréciation des compagnies d’assurances.

Calcul sur la base du capital emprunté

Le calcul sur la base du capital emprunté est certainement le plus courant. La mensualité de votre assurance reste fixe tout au long de votre crédit et représente un pourcentage de la somme dont vous souhaitez obtenir le financement.

La prime d’assurance est incluse dans le TEG (Taux Effectif Global) et son calcul est très simple : vous multipliez le montant de votre prêt par le taux appliqué par l’assureur et divisez le total par 12. Pour connaître son coût global, vous multipliez le coût annuel par le nombre d’années de votre crédit.

Exemple : vous empruntez 100 000 € sur 20 ans avec une assurance à 0,35 %.

Le montant de la mensualité sera le suivant : (100 000 x 0,35 %) / 12 = 29,20 €

Soit un coût annuel de : 29,20 x 12 = 350 €

Et un coût global de : 350 x 20 = 7 000 €.

Calcul sur la base du capital restant dû

Avec ce mode de calcul, le montant de la prime d’assurance évolue proportionnellement au capital qu’il vous reste à rembourser. Plus vous avancez dans le remboursement de votre crédit, plus la mensualité de votre assurance diminue. Mais attention, toutes les compagnies n’adoptent pas le même mode de remboursement ni les mêmes critères de réévaluation automatique de votre mensualité.

Ainsi, certaines compagnies d’assurance optent pour un prélèvement forfaitaire annuel en lieu et place d’une mensualité. Ce dernier est alors fixé par tranche de capital emprunté, 500 euros tous les 5 000 euros par exemple. D’autres choisissent la mensualité classique, mais il est nécessaire d’envoyer chaque année le tableau d’amortissement de votre prêt pour la faire réévaluer.

De plus, le montant de votre prêt n’est pas le seul facteur qui rentre en compte dans le calcul. En effet, si le capital restant dû baisse chaque année, vous vieillissez également chaque année. Et cela influe sur votre niveau de risque aux yeux de la compagnie d’assurance qui peut alors appliquer une majoration de manière régulière ou ponctuelle (par palier de 10 ans par exemple).

Ce mode de calcul est beaucoup plus complexe que celui sur le capital emprunté, si vous n’avez pas un goût particulier pour les maths, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur d’assurances de prêt immobilier !

Quels sont les différents types de contrat d’assurance emprunteur ?

Autre facteur influençant le coût de votre assurance de prêt : le type de contrat. Ainsi, depuis la loi Lagarde, vous n’êtes plus obligé de prendre le package prêt + assurance auprès du même établissement. Vous pouvez opter pour l’assurance de groupe de votre banque, ou  pour une délégation d’assurance.

Le contrat groupe d’assurance

Il s’agit du contrat proposé par votre banque qui était jusqu’en 2010 votre seule option. C’est un contrat mutualisé, c’est-à-dire que son tarif est identique pour tous les emprunteurs indépendamment du profil de risque de ce dernier, et fixé en fonction des risques mutualisés pris par le groupe.

Les établissements utilisaient ce monopole pour gonfler les prix de l’assurance emprunteur afin de compenser les faibles taux d’intérêt des crédits. Autant dire que ces contrats n’avaient rien d’avantageux !

La délégation d’assurance

L’ouverture du marché de l’assurance a permis l’émergence de la délégation d’assurance, ou assurance hors banque. Il s’agit d’un contrat individuel souscrit auprès d’un établissement agréé qui vous permet d’obtenir un tarif en fonction de votre profil de risque réel. 

L’avantage de ce type de contrat est que vous pouvez en négocier le prix et faire marcher la concurrence pour obtenir une assurance emprunteur à un tarif compétitif, tout en étant bien couvert. Ce sont les jeunes emprunteurs, les fonctionnaires et les cadres qui profitent le plus de ces délégations d’assurance : pourquoi payer le même tarif qu’un ouvrier fumeur de 55 ans quand vous êtes un professeur non-fumeur de 30 ans ?

Exemple de tarif entre un contrat de groupe et un contrat individuel : vous empruntez 100 000 € sur 20 ans et vous souhaitez vous assurer à 100 % (décès, perte d’emploi, PTIA, IPT et ITT). Votre banque vous propose son assurance à 0,45 % du capital emprunté et un autre assureur vous propose une assurance à 0,20 %. D’un côté, votre assurance emprunteur vous coûtera 9 000 €, de l’autre, elle vous coûtera 4 000 €, soit une différence totale de 5 000 € !

La convention AERAS

La convention AERAS n’est pas un contrat d’assurance, mais une convention qui permet aux personnes les plus fragiles d’y avoir accès. En effet, les antécédents médicaux ou les maladies chroniques ont longtemps empêché les emprunteurs de souscrire à une assurance de prêt. Or, pas d’assurance de prêt, pas de crédit (sauf exception) ! La convention AERAS et ses améliorations successives sont venues changer la donne en garantissant certains risques comme le décès ou la perte d’autonomie (PTIA) pour les personnes présentant un risque de santé aggravé sans surprime ni exclusion de garantie.

Comment le coût de l’assurance impacte celui de votre crédit immobilier ?

Le coût de l’assurance emprunteur impacte directement celui de votre crédit immobilier puisqu’il vient s’ajouter à ce dernier. Ainsi, en plus des intérêts à rembourser, vous payez une somme supplémentaire pour pouvoir réaliser votre projet immobilier, et selon le taux appliqué, cela modifie complètement le montant de l’effort financier que vous devez faire.  

Par exemple, pour un prêt de 100 000 euros sur 20 ans à 1,50 % avec une assurance à 0,35 %, le coût total de votre crédit s’élève à 22 811 € dont 7 000 € pour l’assurance emprunteur. Avec une assurance à 0,20 %, le coût total de votre crédit s’élève à 19 811 € dont 4 000 € d’assurance.

Il apparaît clairement que le coût de l’assurance joue un rôle direct sur le montant total de votre crédit immobilier.

Comment optimiser le coût de votre assurance de prêt ?

L’assurance de prêt est devenue un véritable outil commercial grâce à l’ouverture des marchés. À vous d’en tirer parti pour obtenir le meilleur prix !

Vous pouvez ainsi demander plusieurs devis et comparer les offres des différents établissements avec celle de votre banque. En fonction de votre âge et de votre profil, n’hésitez pas à négocier le prix de votre assurance de prêt immobilier.

Si vous empruntez à deux, vous avez la possibilité de n’assurer qu’un seul emprunteur à 100 % ou de vous assurer à 50 % chacun. En effet, la banque exige un taux d’assurance de 100 % pour la totalité du prêt, il est donc possible de moduler le taux de garantie de chaque emprunteur en fonction de son profil. Il n’est par exemple pas utile de souscrire une garantie chômage si un des emprunteurs est parent au foyer ! En adaptant le taux de couverture à vos besoins réels, vous économisez plusieurs centaines voire milliers d’euros au total sur le coût de votre assurance de crédit.