Quel est le taux d’assurance d’un prêt immobilier en fonction de l’âge ?

Jeunes ou seniors, on n’est pas logés à la même enseigne lorsqu’il s’agit de garantir son crédit. Le montant des primes d’assurance, qui dépend du taux décroché, s’avère en effet bien plus élevé pour les seconds que pour les premiers. Alors, comment est fixé le taux d’assurance d’un prêt immobilier en fonction de l’âge ? Existe-t-il une limite pour s’assurer à un tarif raisonnable ? Des réponses !

Pourquoi faut-il souscrire une assurance de prêt immobilier ?

Avant de rentrer dans le détail du taux d’assurance d’un prêt immobilier en fonction de l’âge, revenons un peu aux bases.

L’assurance de prêt immobilier est-elle obligatoire ?

Peut-être ne le saviez-vous pas, mais souscrire une assurance emprunteur n’est pas une obligation légale. Alors pourquoi, en pratique, les banques l’exigent-elles systématiquement ? Pour des raisons de sécurisation du financement, tout simplement.

En effet, lorsque les établissements bancaires vous prêtent de l’argent pour un achat immobilier, c’est sur du long terme : pour 21 ans et 6 mois en moyenne. Et pendant cette durée, rien ne leur garantit que vous pourrez toujours faire face au remboursement de vos mensualités de prêt immobilier. Deux aléas en particulier le mettent en péril : le décès et la perte totale et irréversible de l’autonomie (PTIA), laquelle vous empêcherait de travailler. Quand on est mort, c’est pour la vie ; et quand on ne peut plus bosser, les revenus baissent mécaniquement. D’où l’obligation de prendre une assurance de prêt, qui vous couvre au moins contre ces deux risques.

Lire aussi : L’importance de l’assurance de prêt

Quels sont les risques couverts par l’assurance de prêt immobilier ?

Avant de s’intéresser aux taux d’assurance de prêt immobilier, il peut être intéressant de concevoir ce que cela vous apporte. 

Comme nous l’avons dit, l’assurance de prêt immobilier dans sa forme minimale vous couvre contre la perte totale et irréversible de l’autonomie (PTIA) et le décès.

Ceci étant, ces deux cas extrêmes ne sont pas les seules causes de la perte de vos revenus. Vous pouvez par exemple développer un handicap partiel ou simplement perdre votre emploi.

C’est pourquoi l’assurance de prêt immobilier peut être assortie de garanties supplémentaires telles que :

  • l’assurance IPT (invalidité permanente totale) pour les afflictions se traduisant par une invalidité comprise entre 66 % et 99 % (au-delà on parlera de PTIA qui est déjà prise en charge par l’assurance de base) empêchant notamment l’exercice de votre profession habituelle ;
  • l’assurance IPP (invalidité partielle permanente) couvrant les cas d’invalidités partielles non réversibles avec un taux compris entre 33 % et 66 % ;
  • l’assurance ITT (incapacité temporaire totale) ;
  • l’assurance chômage de prêt immobilier vous protégeant contre les risques de la perte de votre emploi.

Lire aussi : Tout comprendre sur les assurances emprunteur IPP, ITT et IPT

Forcément, plus vous vous assurez contre un nombre de risque important, plus l’assurance de prêt est coûteuse.

À partir du moment où il est impossible de prévoir la survenance de ces risques, souscrire une assurance de prêts immobiliers aux meilleures garanties à un taux plus élevé est très difficile à arbitrer…

Chacun verra midi à sa porte, cela dépendra de votre aversion aux risques.

La prise en charge de vos mensualités de remboursement par l’assurance de prêt immobilier

Dès que l’un des risques contre lequel vous êtes couvert survient, l’assurance a pour rôle de prendre en charge vos mensualités de remboursement.

Contrairement à la caution de prêt immobilier, les mensualités prises en charges ne sont pas à charge de remboursement à l’égard de celui qui les a payés (l’assurance).

Pourquoi l’âge influence-t-il le taux d’assurance de prêt immobilier ?

Ainsi, l’assurance de prêt a pour fonction de se substituer à vous si vous êtes défaillant dans le remboursement de votre emprunt. Selon l’aléa réalisé, elle prendra en charge le capital restant dû (décès ou PTIA) ou les mensualités (garanties supplémentaires, comme la garantie invalidité permanente et partielle ou la garantie perte d’emploi).

Bien entendu, cette faculté de substitution n’est pas gratuite : vous payez chaque mois des cotisations à votre assureur. Celles-ci sont calculées sur la base d’un taux, qui dépend de plusieurs facteurs, dont, et c’est ce qui nous intéresse, l’âge.

Être jeune actif ou sénior aura une influence sur le montant de vos primes. La raison est simple comme bonjour : on risque moins de décéder ou de contracter une maladie invalidante quand on a 25 ans plutôt que 70 ans. Les assureurs vont ainsi appliquer un taux d’assurance de prêt qui augmente par tranche d’âge. Conséquence, plus vous êtes âgé, plus le coût global de votre crédit est élevé.

Parce que tout est plus explicite avec un beau tableau, voici un barème des taux d’assurance de crédit immobilier en fonction de l’âge.

Tranches d’âge Taux d’assurance moyens
<30 ans 0.07 % à 0.36 %
< 45 ans 0.16 % à 0.36 %
< 55 ans 0.37 à 0.65 %
Vous avez des questions ? Nos experts sont là pour vous guider !
  • Camille Delaveau
    Courtier immobilier spécialiste des prêts en zones tendues
    Camille a su développer un lien avec les agences bancaires. Un avantage certain dès qu'il s'agit de négocier votre prêt immobilier.
  • Michaël Brizard
    Courtier immobilier spécialiste des prêts de + 500 000€
    Pierre angulaire du projet HelloPrêt. Michaël fût le premier courtier à valider l'approche digitale du courtage en prêt immobilier et à tisser des liens forts avec les partenaires bancaires.
  • Ludwig Zerbib
    Courtier immobilier expert en assurance emprunteur
    Après 2 années passées chez HelloPrêt. Ludwig est devenu une référence dans le courtage immobilier en Île-de-France. Un statut qui lui a permis de devenir le courtier attitré du CSE LVMH.

Comment est fixé le taux moyen d’assurance prêt immobilier en fonction de l’âge ?

En fin lecteur que vous êtes, il ne vous a pas échappé que la fourchette de taux par tranche d’âge est très large. Qu’est-ce qui explique un tel écart ? Tout simplement le mode d’assurance que vous avez choisi. Il en existe deux en France : 

  • le contrat de groupe ;
  • la délégation d’assurance.

Le contrat de groupe : l’assurance emprunteur de la banque

Le contrat de groupe est celui que vous propose votre banque en même temps que l’offre de prêt. Avec ce type de contrat, les risques sont mutualisés, et les emprunteurs de la même tranche d’âge avec un profil similaire se voient proposer un taux semblable.

La cotisation est calculée en fonction d’un pourcentage sur le capital emprunté. Dès lors, elle reste invariable tout au long du remboursement de l’emprunt.

La délégation d’assurance : l’assurance indépendante à la banque

À l’inverse, la délégation d’assurance est proposée par un partenaire extérieur, comme un assureur privé. Le tarif de l’assurance est personnalisé en fonction du profil de l’emprunteur (âge, état de santé, risques professionnels ou sportifs…).

La cotisation est donc susceptible de varier d’un emprunteur à l’autre. Autre différence majeure, le taux d’assurance est appliqué non pas sur le capital emprunté, mais sur le capital restant dû. En conséquence, la prime est dégressive.

Taux d’assurance de prêt immobilier : contrat de groupe ou délégation d’assurance ?

Généralement, on constate que le contrat groupe revient plus cher que la délégation d’assurance, pour deux raisons. La première est que les banques s’octroient une marge plus conséquente que les assureurs privés sur les contrats d’assurance. La seconde tient à la possibilité de personnaliser le tarif en fonction du profil d’emprunteur dans le cadre de la délégation d’assurance.

Vous avez souscrit un contrat de groupe pour assurer votre prêt immobilier ? Grâce à la loi Bourquin et la loi Hamon, vous pouvez changer d’assurance emprunteur et potentiellement bénéficier d’un meilleur taux d’assurance de prêt immobilier. De deux choses l’une :

  • si vous avez souscrit votre assurance emprunteur il y a moins d’un an, vous pouvez en changer à tout moment grâce à la loi Hamon ;
  • si vous avez souscrit votre assurance emprunteur il y a plus d’un an, il faudra attendre la date d’anniversaire du contrat pour procéder au changement grâce à la loi Bourquin.

Exemples de calculs du coût de l’assurance de prêt à 30 ans

C’est le moment de dégainer votre calculette pour un exemple chiffré. Vous avez 30 ans, vous empruntez 220 000 € sur 20 ans. Vous obtenez un taux de 0.25 % en contrat groupe.

Mensualité de l’assurance = 220 000 x 0.25 % /12 = 45.83 €. Soit au total 45.83 x 240 = 11 000 € de primes d’assurance.

Pour une délégation d’assurance, le calcul est plus complexe, puisque les mensualités peuvent être dégressives. Vous allez devoir nous faire confiance sur le calcul ! Idem, vous avez 30 ans, vous empruntez 220 000 € sur 25 ans. Mais vous obtenez un taux de 0.10 % en délégation d’assurance.

Au final, vous paierez 4 400 € d’assurance, soit une économie de 6 600 € par rapport au contrat groupe.

Alors, devez-vous vous livrer à ce type de calcul pour comparer chacune des offres d’assurance ? Rassurez-vous, la réponse est non. Les banques et assureurs doivent vous communiquer le TAEA, le taux annuel effectif global de l’assurance.

Il s’agit d’un indicateur un peu similaire au TAEG, en ce qu’il inclut tous les frais qui peuvent faire varier le coût global de l’assurance (frais de dossier, par exemple). Plus vous êtes âgé et plus le TAEA va logiquement être élevé.

Existe-t-il un âge limite pour assurer son prêt immobilier ?

La question est légitime ! La réponse théorique est non, il n’existe pas d’âge limite pour s’assurer. Tout comme en théorie, il n’existe pas non plus d’âge au-delà duquel vous ne pouvez plus emprunter. Cependant, on vous rappelle que la condition sine qua non pour obtenir un prêt est d’abord de trouver un assureur qui accepte votre dossier. Et ceux-ci peuvent se montrer quelque peu réticents si vous avez dépassé un certain âge.

D’ailleurs, il convient de distinguer l’âge à la souscription au contrat de l’âge de cessation des garanties. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous pouvez trouver un organisme qui accepte de vous assurer alors que vous avez 60 ans au moment de la signature du contrat. Lequel contrat peut prévoir que les garanties cessent de s’appliquer dès 70 ans… Alors que votre prêt immobilier est toujours en cours de remboursement.

Vous voyez le problème ?

La banque refusera purement et simplement de vous accorder votre financement si l’assurance ne vous couvre pas jusqu’au bout. Cependant, il n’est pas impossible de trouver un produit vous assurant pendant 25 ans pour un crédit souscrit à 60 ans. C’est juste que vous le paierez excessivement cher !

Vous souhaiterez découvrir le taux d’assurance que vous pouvez obtenir à votre âge ? Notre simulateur de prêt vous donne la réponse en quelques clics.

Besoin d'aide ?

Consultez notre foire aux questions

  • Quels autres facteurs que l’âge influent sur le taux d’assurance d’un prêt immobilier ?

    Outre l’âge, le risque médical est aussi pris en compte par les assureurs, qui le mesurent grâce au questionnaire de santé. Ainsi, une maladie longue durée, un handicap ou le fait d’être fumeur peut faire exploser le taux proposé. Idem si votre profession ou le sport que vous pratiquez sont considérés comme à risque (un pompier qui fait du saut en parachute se verra appliquer une surprime importante, par exemple).

  • Que faire si mon âge m’empêche de trouver une assurance de prêt à un taux raisonnable ?

    Pensez aux garanties ! Une hypothèque, par exemple, peut garantir un prêt. Mais pour pouvoir mettre en place cette sûreté en substitution de l’assurance de prêt, il faut que vous soyez déjà propriétaire !

  • Est-il possible d’obtenir un meilleur taux d’assurance en cours de contrat ?

    Oui, vous pouvez faire jouer vos talents de négociateur ou recourir à un courtier pour obtenir un meilleur taux. Ce n’est pas parce que vous avez déjà signé une assurance de prêt que vous ne pouvez pas en changer en cours de route. Si on vous propose mieux ailleurs, les lois Hamon et Bourquin prévoient la possibilité depasser chez un autre assureur. Une seule condition : que le contrat offre au minimum les mêmes garanties.