Au moment où le coronavirus met la France en pause il est normal que vous vous posiez des questions quant à votre projet d’achat. Le marché immobilier va-t-il connaître une crise ? Le Covid-19 aura-t-il un impact sur les taux bancaires ?  

En fonction du stade d’avancement de votre projet, vous vous demandez également si vous obtiendrez un financement ou si vous pourrez signer l’acte de vente à distance.  

Chez HelloPrêt, on est conscients que l’immobilier peut être anxiogène, et encore plus en période trouble. Alors on garde la tête froide et on fait le point sur les solutions à mettre en place pour finaliser votre projet immobilier. 

Le confinement général : un ralentissement forcé du marché immobilier 

Pour lutter contre la propagation du Covid-19, le gouvernement impose des mesures de confinement et la mise en sommeil de certaines activités non indispensables. Le secteur du bâtiment n’est pas concerné, mais l’inquiétude des salariés et des dirigeants pour leur sécurité au travail ainsi que les difficultés d’approvisionnement ont conduit plusieurs fédérations du BTP à demander un arrêt pur et simple des chantiers non urgents. En attendant l’arbitrage du gouvernement sur cette question, on peut déjà constater : 

  • Un ralentissement de la construction, ce qui entraînera le report des livraisons en VEFA ; 
  • Une baisse du prix des logements dans l’ancien constatée sur les annonces. Certains acheteurs préfèrent différer leurs projets, les vendeurs ne peuvent plus vendre, donc ils sont prêts à faire un effort sur le prix. 

Faut-il donc redouter un retournement du marché de l’immobilier ? Pas de panique, les experts sont unanimes : il ne faut pas craindre un effondrement, mais seulement un ralentissement du nombre de transactions, aussi longtemps que durera la crise sanitaire. Il y a également fort à parier que la reprise soit aussi rapide que l’arrêt !  

Alors, faut-il suspendre les projets immobiliers ? Pas forcément, d’autant plus que les courtiers, les banques et les notaires se sont d’ores et déjà organisés pour mener à bien les achats et ventes en cours. 

Que faire si vous avez déjà commencé à rembourser votre emprunt ? 

Vous allez peut-être subir une baisse de revenus suite à une mesure de chômage partiel ou à la perte de certains clients si vous êtes indépendant. Contrairement à l’Italie, qui propose la suspension jusqu’à 18 mois du remboursement des mensualités pour les crédits immobiliers en cours, la France n’envisage pas aujourd’hui une telle mesure.  

Peut-être avez-vous souscrit un prêt immobilier incluant une clause de report d’échéance ou de modularité du montant de la mensualité ? Vous pourriez ainsi suspendre momentanément le remboursement de votre emprunt ou alléger votre mensualité, hors coût de l’assurance de prêt.  

Reportez-vous à votre contrat pour savoir si vous pouvez activer ces clauses. En effet, certaines offres de prêt suspendent leur mise en place à une durée effective d’amortissement (avoir déjà commencé de rembourser son prêt depuis au moins 1 an, par exemple). 

En outre, prenez-le temps de discuter de la pertinence de ces solutions avec votre conseiller bancaire, par mail ou par téléphone, puisque vous ne pouvez plus vous rendre en agence. Le report ou la modularité des échéances aura une conséquence directe sur la durée de votre prêt. Et qui dit allongement de la durée dit coût supplémentaire, puisque vous paierez des intérêts sur un temps plus long. De plus, le montant de la baisse est plafonné (de 30 à 50 % de la mensualité initiale), tout comme la durée d’allongement du prêt. Pas sûr, donc, que cette solution soit pertinente pour vous. 

Votre banque pourra peut-être vous proposer une solution alternative en adéquation avec votre situation. Par exemple, la Société Générale a déjà annoncé que « pour [ses] clients confrontés à des situations difficiles telles que du chômage partiel, [elle fera] preuve de flexibilité notamment en leur permettant d’échelonner sans frais leurs échéances de crédit à la consommation et de prêts immobiliers ».  

Si vous optez tout de même pour une modification de votre contrat de prêt initial, sachez qu’un avenant devra être rédigé et signé, pour modifier votre tableau d’amortissement. En cette période de pandémie, il est possible que votre demande mette du temps à aboutir et que le report d’échéance, par exemple, ne soit effectif que dans un mois ou deux. 

Que faire si vous avez signé un compromis de vente et que vous cherchez un financement ? 

Vous avez signé l’avant-contrat pour acheter votre futur logement, il inclut forcément une clause suspensive à l’obtention d’un prêt. Du moins si vous avez besoin d’un financement pour concrétiser votre projet ! Cette clause suspensive fait courir un délai généralement compris entre 45 à 60 jours, pendant lequel vous devez obtenir une offre de prêt d’une banque. Le but est de vous protéger : si vous ne trouvez pas de financement, la vente tombe.  

Vous avez tout intérêt à contacter le vendeur et le notaire pour prolonger la durée de cette clause suspensive. En effet, si en théorie, le confinement total ne concerne pas les banques, dans les faits, elles subissent elles aussi un ralentissement de leur activité. Certaines agences ont réduit leurs heures d’ouverture ou sont même fermées au public, une partie du personnel est en télétravail ou ne travaille pas pour s’occuper des enfants… La durée du traitement des dossiers va en toute logique augmenter. Ce qui peut mettre en péril votre projet immobilier.  

Il est quasiment certain que le vendeur acceptera votre demande. Il n’a sans doute pas envie de renoncer à la vente pour une question de délai et de devoir se lancer à nouveau dans une multitude de démarches afin de trouver un autre acquéreur. 

Petit conseil, n’oubliez pas non plus, le cas échéant, de contacter votre propriétaire pour lui demander un report de la date à laquelle vous étiez censé quitter les lieux.  

Bon à savoir : la prise en charge des demandes de crédits immobiliers varie d’un groupe bancaire à l’autre. Certains s’occupent en priorité des dossiers en cours, d’autres acceptent des nouvelles demandes, et d’autres encore ont mis un point d’arrêt au traitement de tous types de dossiers. N’hésitez pas à contacter régulièrement votre banquier pour savoir où en est le vôtre ! 

Que faire si vous devez signer chez le notaire pendant la crise du Covid-19 ? 

Les notaires n’accueillent plus le public depuis le début du confinement. Cependant, comme ils assurent une mission de service public, ils n’ont pas cessé complètement leur activité. Il est donc possible de réaliser un achat immobilier grâce à la télétransmission et aux solutions de dématérialisation. 

C’est ainsi que vous pouvez demander au notaire une procuration. Vous la recevrez par email et vous la renverrez signée au notaire. Celui-ci contrôlera votre identité et ratifiera à votre place l’acte de vente. Vous pouvez sinon conclure l’acte de vente grâce à la signature électronique.  

Ne traînez pas pour demander la mise en place de ces facilités, sur ce secteur aussi, les délais de traitement vont s’allonger ! 

Que faire si vous préférez annuler la vente ?  

L’article 1218 du Code civil prévoit l’annulation des engagements contractuels (le compromis de vente) dans les situations de force majeure, qui vous empêchent de remplir vos obligations.  

Normalement, si cet empêchement est temporaire, ce qui est le cas d’une pandémie, le contrat est seulement suspendu. Cependant, comme il n’est pas possible de prévoir quand se terminera le confinement, Élodie Frémont, la porte-parole des Notaires de Paris, est venue affirmer le 19 mars la possibilité d’annuler une vente pour cas de force majeure, sur la base du Covid-19. 

Que faire si vous êtes en recherche de bien ? 

Face aux marchés financiers qui font le yoyo, l’immobilier et l’investissement dans la pierre font encore figure de valeur refuge. Vous pouvez donc poursuivre sereinement votre projet d’achat, même si bien entendu, il vous faudra patienter pour réaliser les visites. On vous rappelle qu’elles ne constituent pas un motif de déplacement en période de confinement. 

I – Les taux d’emprunt vont-il être impactés ? 

Il est difficile d’apporter une réponse certaine tant que le Covid-19 continue sa progression. Cependant, les indicateurs sur lesquels les banques se basent pour les taux d’emprunt donnent une idée de ce à quoi s’attendre dans les prochains jours : 

  • Les obligations assimilables au Trésor (OAT) : les taux d’emprunt de l’État Français n’ont de cesse de baisser, ils sont même passé en territoire négatif (-0.31 %) au début du mois de mars. A priori, les banques pourraient répercuter cette baisse sur leur taux d’emprunt pour attirer les candidats à l’immobilier et ainsi pouvoir reconstituer leurs marges, quelque peu mises à mal par la crise du Covid-19 ; 
  • Le taux directeur de la Banque Centrale Européenne (BCE) : pour limiter les conséquences financières du coronavirus sur l’activité économique des pays européens, la BCE devrait converser un taux directeur assez bas. Pour le moment, il demeure fixé à -0.5 %. En rachetant pour 120 milliards d’euros d’actifs privés, la BCE entend soutenir les entreprises et leur permettre de relancer l’économie en accordant des taux intéressants.  

Affaire à suivre, donc…

II – Finaliser votre projet 

  • Déterminez votre capacité d’emprunt 

À défaut de pouvoir visiter les appartements et maisons en vente, vous pouvez mettre à profit le temps dont vous disposez pour finaliser votre projet immobilier. Faites par exemple le point sur votre capacité d’emprunt, c’est-à-dire sur le montant maximal que les banques accepteront de vous accorder en fonction notamment de vos revenus et de votre taux d’endettement. Vous pourrez ainsi cibler plus précisément les biens à votre portée.  

  • Décidez-vous pour un type de bien 

Demandez-vous également quel type de bien vous souhaitez acheter. Préférez-vous une petite ou une grande surface, un emplacement en centre-ville ou en périphérie, un bien neuf ou un logement ancien… Hiérarchisez les critères qui sont importants pour vous (par exemple, une terrasse) et ceux qui le sont moins. 

  • Faites vous accompagner par un chasseur immobilier pour trouver le bien de vos rêves

Pensez d’ores et déjà à vous faire accompagner pour trouver le bien de vos rêves dans les meilleures conditions. Je rêve d’une maison vous permettra de gagner du temps, de l’argent et surtout de profiter des conseils d’un expert qui défend exclusivement vos intérêts.

  • Commencez vos recherches sur les sites en ligne 

Le confinement a au moins une conséquence positive pour votre projet : personne ne peut faire de visites, les bien que vous repérez ont peu de chances d’être vendus avant la fin de cette crise ! 

Profitez-en pour sélectionner ceux qui vous intéressent ou encore réaliser un estimation en ligne de votre bien à partir d’agences immobilières en ligne.  

Contacter un courtier HelloPrêt pendant la crise du coronavirus, possible ou pas ? 

Oui ! Contrairement aux courtiers en agence physique, nous avons fait le choix d’exercer notre activité seulement en ligne. Cette période de Covid-19 a donc peu d’incidences pour nos courtiers, qui ont déjà l’habitude de traiter les dossiers à distance. À part le fait, bien entendu, qu’ils travaillent actuellement depuis leur domicile ! En télétravail, ils ont ainsi accès aux outils en ligne qui leur permettent d’instruire chaque jour vos demandes.  

L’accompagnement constitue une autre de nos priorités, mais chez HelloPrêt, il se fait à distance. Vous pouvez contacter votre courtier dédié par téléphone, what’s app ou par e-mail pour échanger avec lui sur votre demande de prêt et d’assurance emprunteur.  

En outre, vous disposez d’outils ergonomiques sur votre espace client, qui vous permettent notamment de : 

  • Déposer les pièces justificatives nécessaires sur un espace de stockage sécurisé ; 

Vous le voyez, même en pleine pandémie, il est possible de mener à bien votre recherche de financement sans bouger de votre canapé. Prenez soin de vous et de vos proches et #RestezChezVous !