Vous avez des emprunts éparpillés dans plusieurs banques ? Une option s’offre à vous : le regroupement de crédits. Il vous permettra de diminuer le montant de la mensualité, mais sur une durée plus longue. Il existe deux autres solutions : le rachat et la renégociation du prêt à un taux plus avantageux. Alors, quel est le meilleur plan ? HelloPrêt vous répond !

Le regroupement de crédits, c’est quoi ?

Chaque mois c’est la même prise de tête. Vous regardez vos relevés de comptes où apparaissent moult mensualités d’emprunt et vous demandez : qu’est-ce qui correspond à quoi ? Ça finit quand tout ça ? Une ampoule s’allume dans votre tête. Pourquoi ne pas regrouper les crédits en un seul et ainsi payer une unique mensualité !

Restructurer les crédits en les regroupant auprès de la même banque peut effectivement être une bonne solution. Ne serait-ce que pour retrouver un peu de sérénité dans la gestion de budget. Mais l’intérêt, c’est surtout d’alléger le poids des mensualités, pour augmenter votre reste à vivre. En revanche, qui dit mensualité moins élevée dit durée du crédit plus longue. Et au final, un coût global de l’emprunt qui risque de s’accroître.

Depuis 2013, les banques et les établissements prêteurs qui acceptent le regroupement de crédits doivent vous transmettre une information claire sur les conséquences du rachat :

–   La durée du prêt s’allonge-t-elle ?

–   Le coût total du crédit sera-t-il plus élevé ?

Cette information doit vous êtes fournie par écrit, et la banque doit vous l’adresser au plus tard en même temps que l’offre de prêt.

Bon à savoir : vous avez peut-être souscrit différents types de prêts : crédit à la consommation ou automobile, emprunt immobilier ou pour des travaux, etc. Vous pouvez fusionner tous ces crédits lors d’un regroupement, cependant, leur nature va avoir une influence sur le droit applicable. Si si, c’est important, car les règles ne sont pas les mêmes en droit de la consommation et en droit immobilier. Par exemple, vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours suivant l’acceptation d’une offre en conso, et vous devez attendre 10 jours incompressibles avant d’accepter une offre en immo.

Donc, si la part des crédits immobiliers est supérieure à 60 % des prêts, la législation applicable celle est relative à l’immobilier. Dans le cas contraire, vous l’avez compris, c’est le droit de la consommation.

Lire aussi : Tout savoir sur le prêt immobilier

Quelles différences avec le rachat de crédit immobilier ?

On parle indifféremment de regroupement de crédits ou de rachat, même si la logique est un peu différente dans cette seconde hypothèse. En effet, avec un rachat, vous ne cherchez pas forcément à rassembler plusieurs emprunts pour payer une mensualité moins élevée. Vous êtes plutôt en quête d’un taux d’emprunt plus avantageux, en faisant jouer la concurrence entre les banques.

À une époque où les taux d’intérêt ne font que chuter (encore qu’ils feintent une petite remontée en ce début 2020), en obtenir un plus bas peut au final vous faire gagner plusieurs milliers d’euros sur la facture totale d’acquisition. Pourquoi s’en priver ? Mais pour que cette opération soit rentable, encore faut-il comparer les frais de rachat avec ce que vous devez normalement rembourser si vous restez dans la même banque. Et pour que les voyants soient au vert, vous devrez tenir compte :

·      De la durée restant à courir de votre emprunt : le plus souvent, vous avez opté pour un prêt amortissable plutôt qu’un prêt in fine. Vous payez des intérêts sur le capital restant dû et vu que celui-ci diminue chaque mois, le montant des intérêts versés aussi. Comme ils sont dégressifs, vous les remboursez essentiellement pendant les premières années de votre prêt immobilier. C’est pourquoi il est intéressant de racheter son crédit uniquement si vous êtes dans le premier tiers de sa durée totale. Grosso modo, sur 20 ans, le rachat est une bonne opération dans les 6 premières années ;

·      Du montant emprunté : les banques refusent souvent les dossiers lorsqu’il est inférieur à 75 000 % ;

·      Du taux proposé : il faut que l’écart entre votre taux actuel et celui proposé par la nouvelle banque soit d’au moins 0.7 %. Sinon, les économies ne seront pas réellement au rendez-vous, vu les frais que le regroupement de crédits ou le rachat implique ;

·      De la durée de détention du bien : si vous comptez revendre votre logement dans les deux ans, inutile de faire un rachat, le nouveau taux n’aura pas le temps de produire son effet.

Lire aussi : Dans quels cas faire un rachat immobilier ? 

Un rachat de prêt immobilier, combien ça coûte ?

Rien n’est gratuit dans le secteur bancaire, et certainement pas les facilités ou les petites faveurs qu’on vous accorde. Ainsi, si vous procédez au regroupement ou au rachat de votre crédit, vous allez devoir faire face à certaines dépenses :

·      Les frais de dossier : les banques vous demandent une petite participation pour instruire votre demande de prêt. Pas si petite, puisqu’en moyenne, ils sont facturés autour de 500 € ;

·      Les frais de courtier immobilier : vous n’avez pas le temps, vous avez la flemme, bref un millier de bonnes raisons pour faire appel à un courtier afin de trouver LE meilleur taux. Et ça a un coût, sauf chez HelloPrêt où c’est 100 % gratuit ;

·      Les indemnités de remboursement anticipé (IRA pour les intimes et connaisseurs) : eh oui, avant d’aller chez la concurrence, vous devrez d’abord rembourser le prêt que vous avez en cours ! Si vous êtes un fin négociateur, vous aurez ramenés les IRA au plus bas au moment où vous discutiez prêt immobilier avec la banque. Sinon, dès lors que le contrat stipule des IRA, le banquier peut vous demander une somme égale à :

–       3 % du capital restant dû avant le remboursement anticipé ou;

–       Un montant égal à 6 mois d’intérêts sur le capital remboursé par anticipation au taux moyen du prêt. Bonne nouvelle, c’est le montant le plus bas qui s’applique.

·      Les frais de garantie : au moment de souscrire le crédit initial, vous avez consenti à une hypothèque ou à un cautionnement. Et si vous procédez à un rachat de crédit, cette garantie tombe. Ce qui implique la mainlevée de l’hypothèque devant un notaire ou le paiement d’un nouveau cautionnement. Ce dernier ne sera pas total, car l’organisme qui vous a cautionné vous restituera une partie des frais versés pour le crédit initial, correspondant au dépôt du fonds mutuel de garantie ;

·      Les frais d’assurance : l’assurance de prêt vous est accordée pour un projet immobilier en particulier. En faisant un rachat de crédit, vous concluez un nouveau contrat, vous devez donc trouver une autre assurance emprunteur, à un taux peut-être plus élevé.

Comment savoir si le regroupement de crédits ou le rachat est intéressant ?

Sortez la calculette, il est maintenant temps de comparer le coût de votre crédit actuel et celui du regroupement ou rachat.

D’abord, vous allez ressortir les tableaux d’amortissement de tous vos prêts. Y sont mentionnés les taux d’intérêt et le coût total du crédit. Il vous faut déduire ce que vous avez déjà remboursé, of course. Puis additionner le total pour obtenir un premier montant, X.

Ensuite, vous allez prendre le tableau d’amortissement du nouveau crédit, au taux proposé par la banque qui accepte le regroupement de crédits ou le rachat. Vous chercherez la ligne mentionnant le coût total du crédit. Lequel se fait sur la base d’un capital moins élevé (puisque vous en avez déjà remboursé une partie avec votre crédit initial. C’est le facteur Y.

En comparant X et Y, vous allez déterminer l’économie brute de l’opération. Et pour la passer au net, il faut déduire tous les frais dont on vient de parler. Vous obtiendrez un (Z).

Si Z est supérieur à X, alors bingo !

Pour avoir d’ores et déjà une vision de l’économie brute, vous pouvez aussi vous servir de notre simulateur de prêt, qui vous dénichera en quelques clics le meilleur taux. 

Lire aussi : Quels documents fournir pour un rachat de crédit immobilier ?

Est-ce plus rentable de renégocier son prêt immobilier ?

Ultime option, renégocier son prêt immobilier . Quelle différence avec le regroupement de crédits ou le rachat ? Tout simplement, vous allez renégocier le taux actuel de votre crédit avec la même banque et pas avec ses concurrentes. Comme ça, vous évitez les frais. C’est la solution ultime vous pensez ? A priori, oui, sauf qu’en réalité, les banques se montrent peu enclines à accepter un taux à la baisse. À moins que vous ne fassiez partie des profils les plus intéressants, qui possèdent de multiples contrats chez elle et qui lui rapportent beaucoup d’argent.

Mais qui ne tente rien n’a rien, donc autant envisager cette opération avant de vous lancer dans un regroupement ou un rachat !Vous avez encore des doutes sur l’opportunité d’un regroupement de crédits ? Contactez un expert HelloPrêt pour faire le point avec lui !