Nos conseils pour obtenir un prêt immobilier jeune

32 ans : c’est l’âge moyen auquel les Français acquièrent leur premier bien. Vous lancer tôt vous permettra de vous constituer un patrimoine immobilier conséquent, et qui sait, de partir en retraite avant l’âge légal ! Mais comment faire pour séduire les banques quand on démarre dans la vie active ? On vous donne les clés pour obtenir un prêt immobilier jeune ASAP !

Les jeunes et l’achat immobilier en France

D’après une étude Harris Interactive pour les Notaires de France, le premier achat immobilier s’effectue à 32 ans en 2019, contre 36 à 38 ans en 2015. Le pic d’accession se situe entre 25 et 30 ans, avec 41 % des primo-accédants qui achètent dans cette tranche d’âge.

Quelles sont les motivations à devenir propriétaire ? Avant tout, arrêter de jeter l’argent par les fenêtres en versant un loyer chaque mois (35 %). Ensuite, parce que la pierre constitue plus que jamais une valeur refuge et un placement sûr pour l’avenir. Enfin, l’achat immobilier est conçu comme un objectif de vie incontournable pour 85 % des 25-34 ans. Il est même un signe de réussite sociale pour 43 % des Français. Pour citer l’étude, ceux-ci estiment qu’« on a pas vraiment réussi sa vie si on est n’est pas propriétaire ».

Si l’immobilier demeure incontournable pour les Millenials, vous êtes tout de même 64 % à être angoissés par l’idée d’acquérir votre logement. Car l’achat est le plus souvent financé par un prêt immobilier jeune, lequel s’étire sur de nombreuses années.

L’allongement de la durée du crédit, couplé à des taux d’intérêt très bas, constitue l’un des leviers ayant permis aux jeunes d’accéder à la propriété en 2019. Oui, mais voilà, le Haut Conseil de la Sécurité Financière (HCSF) et la crise du Covid-19 sont passées par là et ont rebattu les cartes. Le premier, en émettant une recommandation pour fermer le robinet du crédit, avec un contrôle accru du taux d’endettement (qui doit rester en deçà des 33 %) et une durée d’emprunt moins longue (25 ans maximum). La deuxième, en engendrant une situation économique sans précédent, qui a mis en péril la capacité d’emprunt de nombreux emprunteurs. Alors, est-ce toujours possible d’obtenir un prêt immobilier jeune ? La réponse est oui. Comment ? Il est temps de découvrir nos meilleurs conseils pour décrocher le précieux sésame.

Lire aussi : Coronavirus : quel impact sur les taux immobiliers ?

Mûrissez votre projet avant de chercher à obtenir un crédit immobilier jeune

Contrairement à ce que vous imaginez peut-être, les banques aiment les jeunes et leur font les yeux doux. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous représentez un fort potentiel pour leurs différents produits. Outre un prêt immobilier jeune, vous allez sans doute ouvrir un ou plusieurs comptes bancaires et d’épargne chez elles, souscrire un crédit à la consommation, une assurance-vie, des contrats de placements financiers… Autant d’éléments qui peuvent leur rapporter de l’argent !

Pour autant, les établissements prêteurs ne sont pas philanthropes, et pour les convaincre de vous suivre dans cette belle aventure malgré votre âge, vous devez présenter un dossier en béton armé.

Première étape donc : déterminer votre capacité d’emprunt. Vous le savez sans doute déjà, mais une demande de prêt s’effectue après avoir signé le compromis de vente. Vous disposez d’un délai assez bref pour trouver un financement : 45 à 60 jours en moyenne. Pour vous éviter toute déconvenue, utilisez notre simulateur de prêt ! Vous découvrirez en quelques clics combien vous pouvez emprunter. Comme ça, vous chercherez des biens immobiliers dans votre budget. Vous éviterez ainsi de vous présenter la bouche en cœur chez le banquier, pour cet appart’ à 1,2 million d’euros que vos revenus actuels ne vous permettent clairement pas d’acheter.

Bon à savoir : outre un prêt immobilier jeune, vous devez souscrire une assurance de prêt. Et en la matière, plus on jeune, mieux c’est ! En effet, le montant des primes évolue en fonction de l’âge de l’emprunteur. En réalisant tôt votre projet immobilier, vous économiserez beaucoup d’argent sur l’assurance emprunteur, et donc sur le coût global de votre crédit.

Constituez un apport suffisant pour un prêt immobilier jeune

C’est souvent là que le bât blesse. Quand on est jeune, qu’on vient de finir ses études et d’intégrer le marché du travail, on a pas forcément eu le temps ou l’opportunité de mettre de l’argent de côté pour se constituer un apport.

1. Un crédit pour jeune sans apport : très difficile

Savez-vous à quoi sert l’apport personnel, d’ailleurs ? Tout simplement à financer les frais de notaire, qui sont très rarement inclus dans le prêt immobilier. En effet, si les choses tournaient mal et que la banque devait saisir et revendre le logement, elle ne pourrait pas se rembourser de ces frais annexes à l’acquisition immobilière proprement dite.

C’est pourquoi les établissements bancaires acceptent très, très rarement de prêter à 110 % (100 % du financement nécessaire + 10 % des frais de notaire). Sauf si l’emprunteur dispose de revenus et d’un reste à vivre super élevés, ce qui est rarement le cas au début de la carrière professionnelle.

2. Des pistes pour se créer un apport pour un prêt immobilier jeune actif

Le plus souvent, on se constitue un apport grâce à une épargne régulière, ou au PEL que les parents ont ouvert pour nous quand on était enfant. Du coup, comment faire si vous ne possédez pas d’apport à mettre dans la balance ? Trois options :

  • Vous différez votre projet d’achat de quelque temps : on sait, ce n’est pas l’idéal, surtout si vous avez envie de devenir propriétaire dès aujourd’hui ;
  • Vous sollicitez une aide de vos proches sous la forme d’undon familial;
  • Vous vérifiez si vous êtes éligible à des prêts aidés ou des coups de pouce financiers des communes ou régions. On pense notamment au :

Prêt à taux zéro (PTZ)

C’est sans doute le prêt aidé le plus connu, et certaines banques acceptent de l’envisager comme un apport personnel. Attention cependant à bien consulter les conditions d’obtention et à déterminer si ce crédit correspond bien à votre projet. Il ne peut être affecté qu’à l’achat de la résidence principale. Si vous envisagez de faire de l’investissement locatif ou de rester locataire et de vous mettre au vert dans une résidence secondaire, il ne conviendra pas.

En outre, vous devez respecter un plafond de ressources, qui dépend du nombre de personnes composant votre ménage et de la zone d’implantation du bien que vous voulez acheter.

Lire aussi : Balcons et maisons de campagne : comment s’offrir un extérieur quand on vit à Paris ?

Prêt Action Logement

Il peut aussi être conçu comme un apport personnel par les banques et suppose également le respect d’un certain nombre de critères. Sont ainsi prises en compte vos ressources et la performance énergétique du logement. En fonction de la zone, vous pouvez obtenir un coup de pouce de 25 000 € maximum, 45 000 € si le logement est une HLM.

Le prêt conventionné et le prêt d’accession sociale sont eux aussi à considérer.

Prêt Paris Logement

Comme son nom l’indique, il s’adresse aux jeunes actifs qui souhaitent acheter un bien dans Paname intra-muros. Là encore, vous pouvez y prétendre sous conditions de ressources, de critères de décence et de performance énergétique du logement, etc…

Ce type de prêt existe également pour Bordeaux, Marseille, Nantes…

Une bonne gestion financière : la clé de l’octroi d’un prêt jeune actif

Pour que votre dossier séduise, il faut aussi que vous montriez votre capacité à gérer sainement vos comptes bancaires. Vos relevés des trois derniers mois précédant la demande du prêt immobilier jeune seront ainsi examinés à la loupe par le banquier.

Voici deux petits conseils d’amis à mettre en place pour franchir cette étape avec succès :

  • Ne finissez pas le mois dans le rouge : même autorisé, le découvert bancaire fait mauvaise impression sur les conseillers. Ils y voient un risque : que vous finissiez par compromettre le remboursement des mensualités qui pèseront bientôt sur vous ;
  • Programmez des virements automatiques vers un compte épargne : vous démontrez ainsi que vous êtes capable de faire face à une échéance régulière, et donc à rembourser un prêt. En plus, un petit bas de laine est toujours le bienvenu en cas de coup dur !

Mettez en avant vos perspectives de carrière !

La stabilité de la situation professionnelle est déterminante pour l’obtention d’un prêt immobilier jeune. Si vous êtes fonctionnaire et que votre taux d’endettement vous le permet, vous obtiendrez un crédit sans problème. Vous avez a priori un emploi garanti à vie et un traitement qui progresse tout au long de votre carrière, soit un risque de défaillance quasi nul pour les banques.

Vous avez fait une grande école ou vous venez de décrocher un CDI sur un marché professionnel porteur ? N’hésitez pas à mettre cet atout en avant dans votre dossier !

Si en revanche, vous êtes intérimaire, en CDD ou indépendant, les choses se compliquent un peu. Pour avoir une chance d’obtenir un crédit jeune, il vous faudra montrer que vous exercez votre profession depuis au moins 3 ans. Mais là encore, rien n’est impossible, et un courtier HelloPrêt peut vous aider à défendre votre dossier !

En bref :

  • Être jeune et emprunter, c’est possible, à condition de mûrement réfléchir son projet
  • Un apport constitue un préalable quasiment obligatoire, mais des aides d’État et des collectivités peuvent vous aider à le réunir
  • Être jeune, c’est avoir une longue carrière professionnelle devant soi, avec de belles perspectives d’évolution. Et les banques aiment ça !
Mettez toutes les chances de votre côté pour devenir propriétaire

Générez votre attestation de faisabilité pour rassurer les vendeurs et les agents immobiliers. Décrivez votre projet, discutez avec un expert par téléphone et recevez votre attestation gratuitement et sans engagement !