Oui, le sacro-saint CDI demeure le contrat de travail préféré des banques. Et oui, vous pouvez également obtenir un prêt immobilier si vous êtes indépendant. Les critères d’étude de votre dossier diffèrent par rapport à un salarié. Pour séduire les banques, votre activité devra être assez ancienne, et vous pourrez leur proposer certaines garanties pour limiter leur prise de risque. Le point sur le crédit immobilier en indépendant.

Le prêt immobilier pour indépendant : possible ou pas ?

Une idée reçue tenace affirme qu’il est impossible de souscrire un prêt immobilier lorsque l’on est indépendant. C’est faux ! Si vous avez fait le choix de travailler à votre compte, vous pouvez tout à fait accéder à la propriété immobilière. Mais soyons francs : vous devrez avoir un très bon dossier.

L’écueil, c’est bien entendu la précarité et l’irrégularité des revenus, qui ne contribuent pas à rassurer les banques sur votre profil. Alors pour décrocher le sésame, encore devez-vous exercer votre activité depuis plusieurs années et démontrer votre capacité à épargner et gérer votre argent. Un courtier pour prêt immobilier indépendant peut vous aider à peaufiner votre dossier et trouver des interlocuteurs qui voudront bien l’accepter.

Lire aussi : Pourquoi faire appel à un courtier immobilier ?

Quels sont les critères pour obtenir un crédit immobilier en statut indépendant ?

prêt immobilier profession libérale

Bien entendu, vous n’avez pas de bulletins de salaire à produire, sauf si vous êtes également embauché dans une entreprise pour quelques heures de travail. La banque va donc s’intéresser aux bilans de votre entreprise, ou aux déclarations de chiffre d’affaires si vous êtes micro entrepreneur.

1. Les revenus tirés de l’activité et le critère d’ancienneté

Pour vous éviter quelques déconvenues et une perte de temps certaine, nous vous le disons tout net : avant 3 ans d’exercice, inutile de solliciter un prêt immobilier pour indépendant, il vous sera refusé. Les banques doivent en effet avoir une vision suffisante sur la stabilité de votre activité et les revenus que vous en tirez. 3 ans, c’est arbitraire, mais c’est une règle qu’elles suivent toutes. Il n’est pas rare qu’elles demandent encore plus d’ancienneté pour les auto entrepreneurs.

La pérennité et la bonne stabilité financière de votre entreprise sont donc étudiées à la loupe. Tout comme les revenus qu’elle vous verse. Ces derniers doivent être suffisamment élevés, mais surtout stables. C’est encore mieux s’ils sont en progression. En revanche, s’ils fluctuent énormément d’un mois ou d’un trimestre sur l’autre, vous aurez du mal à convaincre la banque de vous suivre dans votre projet d’acquisition immobilière. In fine, celle-ci calculera la moyenne des revenus que vous avez perçus en 3 ans, pour déterminer votre capacité d’emprunt.

Bon à savoir : la banque prend seulement en compte le salaire que vous vous versez réellement, pas les autres avantages. Il n’est pas rare que les entrepreneurs choisissent de se rémunérer moins que ce à quoi ils pourraient prétendre au vu des résultats de leur société, et préfèrent mettre des dépenses à la charge de cette dernière. Cependant, vous ne pourrez donc pas mettre en avant le fait que votre Mercedes, son entretien et toutes vos factures de téléphone sont payés par votre boîte pour démontrer que votre capacité d’emprunt est supérieure à celle que laissent apparaître vos revenus.

En clair, si vous vous versez 4 000 € de salaire, sur la base d’un taux d’endettement de 33 %, vous ne pourrez pas prétendre à des mensualités de prêt pour indépendant supérieures à 1 333 €. Notez que le calcul pour les entrepreneurs prend en compte le net imposable, avec un abattement de 35 à 50 % en fonction du secteur d’activité (commerce ou prestation de service). Ces mêmes 4 000 € ne seront donc considérés qu’à hauteur de 2 000 € dans la pire des hypothèses.  

2. Le secteur d’activité

Le secteur d’activité a aussi toute son importance. Les banques sont plus enclines à accorder un prêt immobilier aux professions libérales dans le secteur de la santé ou du conseil juridique, que, mettons, à un indépendant spécialisé dans la psychologie de l’animal de compagnie. C’est injuste, mais c’est un fait. Un kiné ou un avocat n’aura normalement pas de difficultés à se constituer une clientèle et à remplir son carnet de rendez-vous.

3. La capacité d’épargne

La banque voit d’un (très) bon œil votre capacité à mettre de l’argent de côté lorsque vous sollicitez un prêt immobilier en tant que freelance. Vous lui prouvez ainsi que vous êtes capable de faire à une échéance récurrente et régulière, comme l’est une mensualité de crédit.

4. L’apport personnel

Il est déjà assez compliqué d’emprunter sans apport dans le cadre d’un crédit immobilier classique, mais c’est carrément mission impossible pour les indépendants. Avant de vous lancer dans un projet d’acquisition, veillez donc à disposer d’au moins 10 % du prix de vente en apport, pour couvrir les frais de notaire et annexes.

Votre courtier HelloPrêt vous aide à peaufiner votre dossier et à le mettre en valeur aux yeux des banques. Si d’ores et déjà, vous aimeriez avoir une idée du taux, vous pouvez utiliser notre outil de simulation pour un prêt à un indépendant.

Lire aussi : comment calculer les frais de notaire ?

La prise d’une garantie pour rassurer les banques

prêt immobilier pour indépendants

Pour mettre toutes les chances de votre côté d’obtenir un prêt, vous pouvez également proposer à la banque de prendre certaines garanties. Au minimum, vous devrez souscrire une assurance de prêt immobilier pour indépendant qui couvre les risques liés au décès et la PTIA. Sachez que l’option perte de revenus en cas d’arrêt de travail n’est pas ouverte aux chefs d’entreprise. Vous pouvez enfin proposer à la banque une hypothèque sur le bien que vous projetez d’acheter, ou le nantissement sur une assurance vie (enfin, à condition que vous en ayez une).

Bref, vous l’aurez compris, il n’est pas impossible, mais un peu difficile d’obtenir un prêt immobilier pour indépendants. Pour gagner du temps dans vos recherches, contactez un courtier HelloPrêt, qui vous aidera à déterminer si oui ou non votre dossier est recevable, et à obtenir le meilleur taux.